Edition 2006 – Le cerveau

2006_affiche_mystereCette 7e édition des «Mystères du XXIème siècle» nous emmène explorer «Les Secrets du Cerveau». Cet organe supervisant le système nerveux a été caractérisé comme l’entité la plus complexe ayant jamais existé avec sa centaine de milliards de neurones. Le neurone lui-même étant l’objet le plus connecté à ses semblables, on comprend que nombre des secrets du cerveau resteront inconnus pendant encore longtemps.

Néanmoins, depuis le début des années 1990, les progrès de l’imagerie cérébrale ont révolutionné nos connaissances dans ce domaine. Ces techniques, aux acronymes parfois mystérieux que sont l’IRM, IRMF, la TEP, la MEG, l’EEG, permettent de «voir» le cerveau en action. Des régions s’activent suivant notre état, nos émotions, l’existence de certaines maladies ou après l’usage de drogues. L’imagerie cérébrale a l’immense avantage d’être non invasive donc facile d’utilisation même si le coût de ces machines est parfois très lourd. Alors que l’imagerie cérébrale est abondamment utilisée pour la recherche, son utilisation à des fins thérapeutiques se développe également. Elle permet de diagnostiquer la présence de tumeurs, d’hémorragies ou de foyers épileptiques.

De façon complémentaire, le colloque abordera les maladies du cerveau et plus particulièrement les maladies neurodégénératives que sont les maladies d’Alzheimer, de Parkinson ou l’épilepsie. Avec l’espérance de vie qui s’allonge, les maladies du cerveau, comme celle d’Alzheimer qui touche la mémoire à court terme, sont de plus en plus présentes dans notre entourage. Au moindre trou de mémoire, qui n’a pas évoqué avec humour cette maladie dont la réalité est malheureusement autrement plus invalidante ?

Enfin nous mettrons en perspective les progrès des connaissances sur cet organe. Déjà certaines expérimentations sur des non voyants ont permis de leur redonner un début de vision. Dans d’autres laboratoires, des électrodes branchées sur le cerveau permettent à un sujet paralysé de piloter un ordinateur par la seule action de son cerveau. Ces progrès spectaculaires laissent augurer le meilleur mais aussi, peut être, le plus inquiétant. Il n’est pas absurde en effet de penser qu’un code de lecture adapté nous permettra un jour d’interpréter les ondes émises par notre cerveau.

C’est d’ailleurs déjà le cas mais de façon encore sommaire. De là à imaginer que l’on saura un jour lire dans nos pensées, cela n’a rien d’impossible. Nul doute qu’une telle possibilité soulèverait un vif intérêt dans de nombreux domaines qu’ils soient publics ou privés, civils ou militaires. Mais laissons la parole aux spécialistes qui ont accepté de participer à ces tables rondes qui s’annoncent déjà des plus passionnantes et qui devraient apporter les réponses aux nombreuses questions que l’on se pose sur ce monde de complexité qu’est le cerveau. (Editorial de Francis Rocard)

Vendredi 1er décembre 2006 

Vendredi 1er décembre, de 17h45 à 19h45
Le cerveau, c’est quoi ?

Le Cerveau a été caractérisé comme l’entité la plus complexe de l’univers avec sa centaine de milliards de neurones. Il se définit comme l’organe central supervisant le système nerveux. Lors de cette première session, il s’agit tout d’abord d’expliquer simplement ce qu’est le cerveau, quelles sont ses différentes parties (deux hémisphères, neurones, synapses, astrocytes, hippocampe, …) et à quelles fonctions elles correspondent.

Intervenants :
  • Jack Foucher, Maître de conférences à l’Université Louis Pasteur (Strasbourg)
  • Dominique Hasboun, neuroanatomiste au CHU de la Pitié-Salpêtrière


Jack Foucher Le cerveau, c’est quoi ? «Le cerveau, c’est quoi ?» Vidéo, 13’47 »


Jack Foucher Le cerveau, c’est quoi ? «Le cerveau, c’est quoi ? (débat)» Vidéo, 12’16 »


Dominique Hasboun Le cerveau, c’est quoi ? «L’architecture du cerveau» Vidéo, 35’01 »


Dominique Hasboun Le cerveau, c’est quoi ? «L’architecture du cerveau (débat)» Vidéo, 33’49 »


Vendredi 1er décembre, de 20h à 21h30
L’évolution de l’homme et de son cerveau : a-t-on vraiment un cerveau reptilien ?

Des grands singes à l’Homo sapiens sapiens, le volume du cerveau est un critère déterminant pour identifier les étapes de l’évolution de l’Homme. Yves Coppens nous précise les grandes étapes de l’évolution de l’Homme et pourquoi le volume, mais aussi la forme du cerveau, sont des critères qui permettent de définir les différents types d’hominidés.

Intervenant :
  • Yves Coppens, Collège de France, paléoanthropologue


Yves Coppens L’évolution de l’homme et de son cerveau: à-t-on vraiment un cerveau reptilien ? «L’évolution de l’homme et de son cerveau: à-t-on vraiment un cerveau reptilien ?» Vidéo, 57’49 »


Yves Coppens L’évolution de l’homme et de son cerveau: à-t-on vraiment un cerveau reptilien ? «Débat» Vidéo, 33’24 »


Samedi 2 décembre 2006

Samedi 2 décembre, de 9h30 à 12h30
Les techniques de diagnostic du cerveau.

Pour comprendre le fonctionnement du cerveau, il est dorénavant indispensable d’utiliser les techniques d’observation et d’analyse récentes, telles l’IRM (imagerie par résonance magnétique), la TEP (tomographie par émission de positons) ou la MEG et l’EEG (magnétoencéphalographie, et électroencéphalographie) qui sont des outils performants et dont les progrès ont été considérables ces dernières années. Nous essaierons de comprendre ce qu’elles nous enseignent sur le fonctionnement de notre cerveau. Ces outils permettent, entre autres, d’étudier comment le cerveau réagit à nos sensations, comme le plaisir ou la douleur qui sont intimement liés, et plus généralement sur la façon dont notre cerveau traite nos émotions (peur, anxiété, angoisse).

Intervenants :
  • Sylvain Baillet, laboratoire de Neurosciences Cognitives et Imagerie Cérébrale (Hôpital de la Pitié Salpêtrière, Paris)
  • Denis le Bihan, CNRS, Directeur de l’Institut d’Imagerie Neurofonctionnelle (Service hospitalier Frédéric Joliot du CEA)
  • Dominique Sappey-Marinier, Maître de conférences à l’Université
  • Claude Bernard, Lyon 1, Département IRM du CERMEP


Denis Le Bihan Les techniques de diagnostic du cerveau «L’IRM, imagerie par résonance magnétique» Vidéo, 59’58 »


Sylvain Baillet Les techniques de diagnostic du cerveau «EEG, électroencéphalographie» Vidéo, 44’39 »


Dominique Sappey-Marinier Les techniques de diagnostic du cerveau «TEP, tomographie d’émission de positons» Vidéo, 32’01 »


Dominique Sappey-Marinier Les techniques de diagnostic du cerveau «Débat» Vidéo, 28’38 »


Samedi 2 décembre, de 15h à 18h30
Le cerveau malade

Les techniques d’observation et d’analyse récentes sur le cerveau sont également au service de la médecine afin de comprendre, d’étudier et de traiter les maladies neurodégénératives qui font de plus en plus irruption dans notre société moderne : les maladies d’Alzheimer ou de Parkinson, la chorée de Huntington (maladie génétique grave qui entraine une dégénérescence mentale et cognitive) ou l’épilepsie. Plus surprenantes, les opérations à cerveau ouvert sous hypnose, pratiquées au CHU de Liège, permettent de diminuer les effets secondaires par rapport à l’anesthésie classique. Enfin, nous aborderons l’effet des drogues sur le cerveau et les dysfonctionnements qu’elles entraînent.

Intervenants :
  • Alim-Louis Benabid, Professeur de biophysique à l’Université Joseph Fourier de Grenoble
  • Mélanie Boly, neurobiologiste à l’Université de Liège (Belgique)
  • Francis Eustache, Professeur, laboratoire de neuropsychologie de Caen
  • Jean Zwiller, Directeur de Recherche au Centre de Neurochimie de Strasbourg


Alim-Louis Benabid Le cerveau malade «Les maladies neurodégénératives» Vidéo, 43’31 »


Francis Eustache Le cerveau malade «La mémoire» Vidéo, 28’55 »


Jacques-Louis de Beaulieu Le cerveau malade «La mémoire (débat)» Vidéo, 17’52 »


Mélanie Boly Le cerveau malade «L’hypnose» Vidéo, 20’16 »


Mélanie Boly Le cerveau malade «L’hypnose (débat)» Vidéo, 29’33 »


Jean Zwiller Le cerveau malade «Neurobiologie des drogues» Vidéo, 30’58 »


Jean Zwiller Le cerveau malade «Neurobiologie des drogues (débat)» Vidéo, 21’38 »


Dimanche 3 décembre 2006 

Dimanche 3 décembre, de 9h30 à 13h
Le cerveau demain : Perspectives et conséquences.

Les progrès de la science permettent dès à présent d’agir directement sur le cerveau : en témoignent les premières expériences qui ont redonné partiellement la vue à un non voyant ou celles qui permettent de piloter un ordinateur sur la seule action du cerveau. Aussi, quelles perspectives apportent aujourd’hui l’évolution rapide des connaissances de cet organe ? Peut-on imaginer, par exemple, pouvoir mieux exploiter le potentiel de notre cerveau ? Aujourd’hui seules 10% de ses capacités sont utilisées. Doubler ce chiffre aurait des conséquences majeures sur notre vie quotidienne. Quels impacts sur la société aurait, par exemple, la découverte de savoir lire dans nos pensées ? Nul doute qu’une telle possibilité soulèverait un vif intérêt dans de nombreux domaines qu’ils soient publics ou privés, civils ou militaires.

Intervenants :
  • Jean Delbeke, neuropsychiatre et neurophysiologiste, Université catholique de Louvain (Bruxelles)
  • Jean-Gabriel Ganascia, Professeur au laboratoire d’informatique, Paris VI
  • Pierre Livet, Professeur de philosophie à l’Université Aix-Marseille I, Directeur de l’Ecole doctorale « cognition, langage, éducation »
  • Alain Prochiantz, Directeur du laboratoire « Développement et Evolution du Système Nerveux » de l’Ecole Normale Supérieure 


Jean Delbeke Le cerveau demain : perspectives et conséquences «Prothèse du cerveau» Vidéo, 24’01 »


Jean Delbeke Le cerveau demain : perspectives et conséquences «Prothèse du cerveau (débat)» Vidéo, 11’07 » V22 Jean-Gabriel Ganascia Le cerveau demain : perspectives et conséquences «Intelligence artificielle» Vidéo, 32’24 »


Jean-Gabriel Ganascia Le cerveau demain : perspectives et conséquences «Intelligence artificielle (débat)» Vidéo, 5’40 »


Pierre Livet Le cerveau demain : perspectives et conséquences «Point de vue du philosophe» Vidéo, 30’16 »


Pierre Livet Le cerveau demain : perspectives et conséquences «Point de vue du philosophe (débat)» Vidéo, 14’19 »